BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Ousmane Sonko Assemblee SN

Le navire Pastef flotte finalement au centre du triangle des Bermudes judiciaires ! Son « capitaine » Ousmane Sonko, qui fera face au juge du huitième cabinet aujourd’hui après son refus catégorique de déférer à la convocation de ce dernier, a brandi comme argument une demande de son guide religieux.
Lequel a effectivement publié un communiqué pour informer lui avoir demandé de déférer à la convocation du magistrat instructeur. Mais, selon les informations du « Témoin », d’autres éléments expliqueraient la volte-face spectaculaire de l’opposant radical au régime en place. Parmi ces éléments, des tractations politiques qui se sont intensifiées ces derniers jours. En effet, il ressort de nos investigations que du côté de l’opposition active (particulièrement le FRN composé entre autres d’Abdoul Mbaye et de Thierno Alassane), la plupart des leaders ne partageaient pas la position de Sonko consistant à refuser de répondre à la justice. Le mouvement Y en a marre aussi serait sur cette position et l’aurait répété à plusieurs reprises à Sonko. Dans le cadre de ces pourparlers, où il était question de mobiliser tous les acteurs de l’opposition en vue d’imposer au pouvoir un retentissant bras de fer lors de la marche prévue ce 5 Mars, tous les acteurs se sont montrés hostiles à la démarche judiciaire du Pastef sur le dossier de viol présumé. D’après nos informations, si ces derniers n’ont pas osé exprimer publiquement une telle position, c’est par crainte de voir s’abattre sur eux le courroux des militants du Pastef en plus de disperser ce qui reste de l’opposition. « Ils (les militants de Sonko, Ndlr) sont partout et tirent sur tous ceux qui s’opposent aux vues de leur leader. Sur les réseaux sociaux, ces jeunes sont capables de réduire au silence et de diaboliser toutes les voix politiques discordantes. Même celles des opposants.

Surtout dans ce contexte sensible où leur leader se trouve dans une mauvaise posture avec la justice, ils ne vont pas hésiter à trainer les gens dans la boue en les accusant de taupe ou de complotiste qui travaille pour le pouvoir », nous souffle un membre du proche entourage de l’opposant Abdoulaye Mbaye. Il s’exprimait à la suite d’une réunion restreinte organisée par le mouvement Y en a marre. Toujours est-il que les échos de ces positions, en déphasage avec celle adoptée par l’opposant radical seraient parvenus au staff du Pastef qui les a pris très au sérieux. Ce qui serait, probablement, un des facteurs déterminants qui aurait poussé le leader du Pastef à revoir sa copie au risque de se mettre à dos les autres ténors de l’opposition. Quand Abdoul Mbaye accuse les « Y en a marristes » d’être des activistes partisans Parmi les leaders politiques et acteurs de la société civile qui ont précipité le revirement judiciaire du patron de Pastef, s’affichent en tête l’ancien Premier ministre, Abdoul Mbaye, ainsi que Aliou Sané, le coordonnateur du mouvement Y’en a marre.D’ailleurs, selon les radars du « Témoin », lors d’une des rencontres tenues récemment et relative à la stratégie de soutien en faveur de l’opposant coincé dans le triangle des Bermudes judicaires, le leader de l’Alliance pour la citoyenneté (ACT) n’aurait pas été tendre avec la bande de Aliou Sané venue solliciter son engagement. Apres avoir indiqué à ses interlocuteurs que le leader du Pastef devrait plutôt répondre à la justice pour laver son honneur, l’ancien Premier ministre avait rappelé que lui-même avait été la victime de la machine politico-judiciaire du pouvoir en place dans ses déboires avec son ex-épouse.

Selon lui, aucun activiste de la société civile ne s’était porté à son secours lorsqu’il avait eu des démêlés avec le pouvoir. Abdoul Mbaye a donc profité de la rencontre pour conseiller aux membres de Y en a marre d’être impartiaux dans leur combat. Autrement dit, de ne pas faire de distinction entre les leaders de l’opposition, tous étant dans le viseur du président Macky Sall. Une leçon que ces interlocuteurs ont dit avoir comprise et mémorisée pour la prochaine fois. Le mouvement Y en a marre luimême se serait exprimé en faveur de la présentation de Sonko au cabinet du juge du huitième cabinet pour, a-t-il expliqué, le respect des règles et normes républicaines.
C’est donc aussi à la réception de toutes ces positions venant des différents leaders politiques qui militent pour son audition que Sonko a finalement jugé nécessaire de déférer aujourd’hui à la convocation du juge Mamadou Seck. Avec le risque d’être happé par le dangereux triangle des Bermudes judiciaire qu’il a théorisé lors de sa sortie médiatique de jeudi dernier…

source :
Falilou MBALLO, Le Temoin

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 104 invités et aucun membre en ligne

Portraits