BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Dakar, 14 juin (APS) - Le rassemblement ’’pacifique’’ que la plateforme "Aar li nu bokk" prévoyait d’organiser place de la Nation ce vendredi pour, dit-elle, s’indigner des accusations de corruption en lien avec la signature de contrats pétroliers et gaziers au Sénégal, a été tué dans l’œuf par un impressionnant dispositif sécuritaire déployé suite à la décision du préfet de Dakar d’interdire cette manifestation, a constaté l’APS.

Les policiers ont investi très tôt les lieux de ce rassemblement prévu à partir de 14 heures et avaient également bloqué toutes les voies d’accès à la place de la Nation de même que celles conduisant au boulevard du Centenaire. 
 
Quelques affrontements entre manifestants et policiers ont été enregistrés par moments, les policiers ayant réussi à disperser les protestataires à coup de grenades lacrymogènes. 
 
Le préfet de Dakar, invoquant des "menaces réelles de trouble à l’ordre public", avait interdit le rassemblement initialement prévu ce vendredi après la prière de la mi-journée.
 
L’autorité administrative avait également évoqué, pour motiver sa décision, des craintes liées à une "incitation à la violence à travers des propos irrévérencieux à l’endroit des institutions publiques, des risques d’infiltration par des individus malintentionnés".
 
La plateforme "Aar li nu bokk" avait été mise sur pied à la suite des allégations de corruption présumée contenues dans un reportage de la BBC et visant Aliou Sall, frère du chef de l’Etat Macky Sall, dans le cadre des contrats pour l’exploitation du pétrole et du gaz découverts ces dernières années au Sénégal.
 
Suite à la diffusion de cette enquête, elle avait appelé à un rassemblement citoyen pour demander plus de transparence dans la gestion des ressources naturelles du pays.
 
Au cours d’un point de presse organisé vendredi dans la matinée, les responsables de cette plateforme avaient réaffirmé leur volonté de "tenir ce rassemblement pacifique", en dépit de l’arrêté préfectoral interdisant leur rassemblement.
 
Ils avaient dénoncé, à cette occasion, "cette propension des autorités à restreindre les libertés publiques.’’

SMD/BK/ASG

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

EspacePublicité

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 87 invités et aucun membre en ligne

Faîtes un don

pour soutenir bakelinfo.