BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Bilal Seck REscape

Le phénomène de la migration clandestine reprend chaque année à un ryhtme effrenée pendant la saison chaude où les vagues se sont calmées, et ce, malgré les nombreux morts déplorées en mer. La dernière en date est celle survenue au large de Saint-Louis, dans la nuit du mercredi au jeudi dernier. Parmi les miraculés, Bilal Seck.

Ce couturier dit avoir vu ses amis passés de vie à trépas, ainsi que le passeur, à qui il avait remis la somme de 200 mille Cfa pour faire partie de l’embarcation. Il est un véritable miraculé. Le jeune couturier à Saint Louis a frôlé la mort. Bilal Seck, âgé de 24 ans, ignorait qu’en voulant rejoindre clandestinement l’Espagne, il allait voir ses amis mourir sous ses yeux. Sans le dire à sa famille, il est parti ce mercredi 25 août en embarquant dans une pirogue.

Mais le voyage s’est interrompu dès le lendemain matin quand la pirogue a commencé à prendre l’eau à 25 kilomètres des côtes, à cause d’unesurcharge de l’embarcation, raconte le jeune homme. «La pirogue a pris beaucoup d'eau. J'ai pris un bidon d'essence et j'ai nagé. J'ai trouvé une lampe solaire. Un pêcheur m'a sorti de l'eau vers 4h du matin», raconte le miraculé aux confrères de Seneweb. En effet, sur les 58 personnes qui se trouvaient dans la pirogue qui a chaviré en pleine mer, il est le premier rescapé recensé.

Faisant le récit glaçant du drame survenu en haute mer, il a indiqué qu'après plus de 25 kilomètres en mer, ils ont eu un problème technique. «La pirogue prenait de l'eau de toutes parts et cela a créé la peur. C'était la panique totale. Tout à coup, la pirogue a complètement disparu. Les gens flottaient et chacun essayait par tous les moyens de se sauver. Certains ont réussi, d'autres ont été emportés par la mer. C'était très dur», a narré Bilal Seck, visiblement choqué et marqué par ce dangereux voyage clandestin pour l'Espagne. Le jeune Bilal Seck qui a vu mourir beaucoup de ses amis, a révélé que le passeur qui a encaissé ses 200 mille Cfa est resté en mer et n'a pu se sauver lui non plus.

Par Pape Moussa TRAORÉ, Tribune

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Portraits