BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Gouvernement Senegal

Des résultats de tests Covid disponibles en 24 heures ou moins, des hôtels réquisitionnés pour mettre en quarantaine les patients Covid ; une communication transparente sur les cas d’infections au coronavirus : le pays de la Téranga a géré mieux que les États-Unis la crise sanitaire liée au coronavirus, selon le journal USA Today.

 

En effet, avec son système de santé précaire, un déficit de lits d’hôpitaux avec 7 médecins pour 100.000 habitants, le Sénégal a géré la crise du Covid-19 avec célérité et efficacité. Car six mois après l’apparition du premier cas répertorié sur le territoire, le pays ne compte qu’environ 14.000 patients infectés et 284 décès (au 1er septembre 2020), relève sans ses colonnes USA Today.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Corana Senegal Culture

Six mois après l’apparition de la pandémie de coronavirus dans le pays, ils dénoncent « la lente agonie » du monde des arts. Plus de concert depuis la mi-mars, les salles de spectacle sont fermées. Réunis au sein d’un collectif, les professionnels du secteur ont lancé une pétition, et adressé une lettre ouverte au chef de l’État pour alerter sur leur situation.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Artp senegal 640x293

Orange Sénégal, dans sa boulimie financière a voulu profiter de la forte demande en services mobiles à cause de la crise sanitaire, pour gagner plus d’argent sur le dos de ses clients, en mettant dans le marché de nouvelles offres dont certaines constituaient une augmentation de tarifs.

Un manquement de Sonatel (Orange Sénégal) à son obligation de ne pas pratiquer des tarifs excessifs. (Article 22 du Décret n° 2016-1081 du 03 août 2016 portant approbation de la convention de concession et du cahier des charges de la SONATEL)

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

NDeye MArieme Ly ONG Droits des Femmes

Des activistes pour la défense des droits des femmes et l’ONG Équilibres et populations (Equipop) publient ce lundi dans sept pays africains une tribune féministe intitulée « Droits et santé des femmes à l’épreuve du Covid-19 ». Une initiative qui vise à interpeler les décideurs politiques sur la condition des femmes qui, selon eux, sont surexposées au virus. RFI a joint Ndeye Marième Ly Diagne, responsable des programmes d’Equipop au Sénégal.

RFI : Cela fait 25 ans cette année que le 4e conférence mondiale sur les femmes s’est tenue en Chine avec une centaine de chefs d’États du monde entier. Des engagements ont été pris pour supprimer les obstacles systémiques qui empêchent une avancée dans les droits des femmes. Quelque chose a-t-il changé ?

Ndeye Marième Ly Diagne : Pas grand-chose n’a changé en 25 ans, bien que nous voyons maintenant que les femmes ont accès à des positions plus importantes dans la sphère politique et sociale. Mais on se rend compte qu’aujourd’hui c’est toujours le statu quo pour les droits des femmes. Pour la majorité, elles sont reléguées au second plan et la parité n’est pas respectée, surtout dans la sphère socio-professionnelle.

Vous souhaîtez soutenir

Bakelinfo :

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 107 invités et aucun membre en ligne