BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Ecoles Elementaires BKL
Après plusieurs mois de grèves et de congés forcés à cause du CORONAVIRUS, des dates de reprises des cours ont été avancées puis reculées. Une troisième date polémique, dès son annonce, a soulevé l’ire de certains syndicalistes de l’enseignement, des parents d’élèves et même des élèves, à travers leur Gouvernement Scolaire.

La situation de la pandémie ne régressant pas, il était inimaginable de pousser les enfants vers une catastrophe prévisible. Les moyens qui doivent barrer la route, c’est-à-dire par l’utilisation des mesures barrières, nécessitent des apports financiers colossaux obligeant d’être soutenus, par un engagement sans faille de la part des dirigeants mais surtout des usagers (enseignants et élèves) pour un respect strict des consignes édictées par le Ministère de la Santé.
En plus de cette importante précaution, il faut aussi une certaine célérité afin que tout le matériel soit sur place à temps et le personnel enseignant formé avant le démarrage des cours (utilisation thermo flash, gel et masques).
Les cours, sans tenir compte des problèmes pédagogiques et psychologiques profonds, devaient démarrer laissant de côté quelques points importants parmi les préalables comme l’eau et les toilettes (au moins) dans les écoles même si l’électricité est aussi une nécessité. Toutes les écoles ne remplissent pas les conditions de réouverture. A partir de ce moment est-il logique ou tout simplement démocratique de léser une bonne partie des enfants du pays vivant surtout dans le monde rural ?
Année blanche ? Année invalidée ? Année noire ou de n’importe quelle couleur, ce qui importe en ce moment, avec l’approche à grands pas de l’hivernage et des conditions de reprise non encore résolues, c’est de se mettre autour d’une table (ronde ou rectangulaire) pour considérer cette année comme perdue et penser, dès maintenant à la rentrée prochaine.
Le niveau de nos élèves était considéré comme lamentable ! S’il faut organiser en plus des examens, avec des diplômes mal vus (même pour les futurs détenteurs de ces parchemins), ce n’est pas montrer un bon visage de notre système éducatif au reste du monde.
Pour les classes intermédiaires (du CI au CM1, de la 6e à la 4e puis les Secondes et les Premières), des propositions de passage et de redoublement se feront en tenant compte des moyennes du premier semestre.
Un autre point non moins important : les CM1, les 4e et les Premières passent et se retrouvent en classe d’examen. Une attention particulière doit leur être donnée. Les fêtes seront réduites à leur plus simple expression et un accord doit aussi être pris encore avec les syndicalistes pour que cette année particulière soit préservée de tout mouvement. Tous les examens auront lieu de la mi-juillet à la mi-août et les vacances à partir de la fin du mois d’août. Un seul mois de vacances : septembre !
Les classes intermédiaires s’attelleront à « rattraper » le programme de l’année écoulée durant le premier trimestre (d’octobre à décembre) avant de commencer le programme de l’année en cours en janvier. Pour cette année particulière, comme avec les classes d’examen, il faut oublier les longues fêtes et travailler pleinement jusqu’en fin juillet.
Pendant ce temps, l’on demandera aux parents instruits de surveiller les enfants à la maison car ce ne sont pas ces cours à la télévision qui pourront maintenir le niveau des élèves. Puisque le CORONAVIRUS ne l’autorise pas (sinon on allait ouvrir les écoles), des cours de vacances seront interdits.
N’attendons pas encore le mois d’octobre pour faire acheminer les matériels (sanitaires et scolaires). C’est le moment de stocker tout au niveau des Inspections de l’Education et de la Formation (IEF) qui se chargeront à leur tour de les déposer dans les écoles les plus reculées, au fin fond du Gadiaga, du Boundou, du Fouta, du Niani, de la Casamance…
Pour l’heure, dans les écoles, seules sont parvenues les participations des Collectivités Territoriales, en thermo flash, lave-mains, gels hydro alcoolisés, détergents, savon...
« Ma » rentrée est encore loin ! Prenons les devants : qui voyage loin, ménage sa monture.


Idrissa Diarra, bakelinfo.com

Vous souhaîtez soutenir

Bakelinfo :

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 225 invités et aucun membre en ligne