BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

ListeCandidats
La campagne électorale a pris fin ce vendredi 23 Février  2019 à minuit. Les différents états-majors ont officiellement rangé leur matériel de publicité même si en réalité, ce samedi, des leaders, en compagnie de leurs hommes de mains,  continuent de faire du porte-à-porte (clandestinement).
Cette nuit du samedi au dimanche paraîtra extrêmement longue pour les politiciens : tous les calculs algébriques, géométriques et même diaboliques seront passés au peigne fin pour prévoir les situations les plus imprévisibles. Gouverner, n’est-il pas prévoir ?
Mocirédin, lui ne comprend rien de ce qui se trame au-dessus de sa tête. Qu’y a-t-il en réalité à comprendre ? DIEU, se dit-il, a déjà fait son choix ! Que les hommes l’acceptent ou non, ce sera ainsi. C’est la volonté divine.

Qu’un camp ou l’autre s’oppose,  vilipende, s’entredéchire ne changera jamais ce qui est déjà « écrit ».
Avant la proclamation officielle des résultats de l’Election Présidentielle par la Commission Nationale de Recensement des Votes, le mardi 26 Février et la confirmation ou non  par le  Conseil Constitutionnel (en tout cas sa « conviction ») le vendredi 1er Mars, prions que les colombes, à partir d’un ciel à souhait clair et serein, répandent sur toute l’étendue du pays, de notre Sénégal, la PAIX .
La Presse, ce nouveau pouvoir des temps modernes, doit jouer son rôle d’information et d’éducation des masses, des populations. En toute déontologie, les journalistes doivent, en tout temps et en tout lieu, porter dans leur « gibecière » l’information juste et vraie. Ce que l’on attend aussi des juges, n’est-ce pas cette même DEONTOLOGIE, dans le sang, parfois, la plupart du temps,  acquise lors de leur <<formation>> ?
Les populations qui élisent savent-elles réellement ce qu’elles représentent ? Que sans elles la vie politique n’existe pas ! Ce sont elles  qui font et défont les « Rois ». Malheureusement, la quantité et la qualité éparse de  leurs niveaux de culture transformeront difficilement les réalités du terrain.
Premier tour ou deuxième ? Les rêveries à yeux ouverts ont commencé dès après la fin des dépouillements dans les différents bureaux de vote du pays. La Presse, les réseaux sociaux, chacun informe comme il l’entend, comme il voudrait que les choses soient (à son avantage, celui de son candidat). Les auditeurs et les téléspectateurs ne savent plus à quel saint (quel média) se vouer !
Deux versions circulent :
-Le parti au pouvoir gagne haut les mains et repose le pays d’un deuxième tour dérangeant pour son économie, avec encore des cartes à préparer pour le prochain vote, une nouvelle campagne électorale, des bureaux, des salles de classe, des ateliers désertés ….
- un parti de l’opposition se classe tout juste derrière le parti au pouvoir incapable d’engranger le  taux nécessaire qui le sécurise et le fait éviter le 2e tour. Avec ce parti, tout heureux de se voir appuyer par tous les trois autres recalés, son chef montre ses dents à qui veut le soutenir.
Peut-on craindre de part et d’autre l’installation de la violence ?  Le ralentissement de l’activité économique avec la désertion des lieux de travail? Le recul de la démocratie ?
Premier ou deuxième tour ?
Comme dans toute compétition, il faut un gagnant et un perdant, acceptons donc le verdict des urnes, c’est-à-dire sans tripatouillage, tel que sorti des caisses muettes et aveugles.       
N’essayons pas de « voler », de corrompre, de tricher. Ce pays n’appartient à aucune classe sociale encore moins à une ethnie ou à un homme. Il représente notre fierté : respectons-le donc en prenant en compte ses intérêts qui reviennent à nous mettre en sécurité, nous protéger contre les malfaiteurs de tous ordres.
Depuis les Indépendances, nous (SENEGALAIS) avons été pour l’Afrique la référence, le modèle, celui qu’il faut imiter car représentant ce qu’il y a d’«idéal » ! Sur le plan de l’Education, n’avons-nous  pas donné à l’Afrique son premier Agrégé en Grammaire en la personne de notre premier Président de la République monsieur Léopold Sédar Senghor, le plus diplômé de notre continent, notre troisième Président monsieur Abdoulaye Wade, de belles leçons de démocratie avec les alternances ?
Ne noircissons pas cette belle vision longtemps obtenue grâce à la lutte opiniâtre d’hommes et de femmes qui ont toujours défendu avec dignité notre « PATRIE », comme de véritables soldats.
La lutte est éternelle. Elle doit l’être ! Maintenir les acquis économiques, renforcer la démocratie, protéger le peuple en sécurisant nos institutions sans les tripatouiller, voici autant de voies anciennes à sauvegarder pour que la paix règne dans le pays.
Mocirédin attend avec impatience la proclamation des résultats de l’examen passé par cinq candidats seulement qui veulent diriger le Sénégal pour les cinq prochaines années. Sous l’arbre unique de sa concession, il est couché, le chapelet à la main et invite tous ses compatriotes à prier avec et comme lui pour que la paix s’installe dans notre pays.

Idrissa Diarra, bakelinfo.com

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

EspacePublicité

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 231 invités et aucun membre en ligne

Faîtes un don

pour soutenir bakelinfo.