BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

pavillon 1

Les femmes de Bakel étaient à l’honneur, ce Dimanche 1er Décembre 2019 pour les 16 Jours d’ACTIVISME qui leur sont dédiés.

A partir de la Place de l’Indépendance, la Caravane composée de quatre véhicules seulement a suivi l’itinéraire habituel des randonneurs et des marcheurs dans la ville de Bakel :

-Passer devant la Mairie et la Grande Mosquée

-Marquer un temps d’arrêt au Rond-point de Yaguiné en créant une bonne animation tout en expliquant le thème local de l’année : les femmes de Bakel appellent les détenteurs de pouvoirs à « METTRE FIN AUX VIOLENCES BASEES SUR LE GENRE DANS LE MONDE DU TRAVAIL. »



Sur une deuxième banderole, le thème national est : « TOUS POUR LA RECONNAISSANCE DU TRAVAIL INVISIBLE DES FEMMES. »

La Caravane marquera un autre temps d’arrêt, cette fois-ci, assez long, au marché aux légumes, près de la première agence du Crédit Mutuel, pour sensibiliser les nombreuses femmes qui ont accouru, attirées par les chaînes louées à l’occasion qui distillaient de la belle et bonne musique. Les marchandes et leurs clientes prêtaient surtout attention aux « prêches » de leurs sœurs Haby Doua Diakhité, Aminata et Bidia Camara et la voix masculine de Moussa Keita, forte et qui déstabilise, incitant les dames à produire plus d’arguments pour convaincre les autres femmes à éradiquer l’excision, à étudier elles-mêmes (il n’est jamais trop tard !), à inscrire leurs filles dans les écoles, à abandonner les mariages précoces, à trouver des extraits de naissance pour leurs enfants dès leur naissance. Le message adressé aux autorités concerne l’égalité de chances face au travail et la promotion des femmes par rapport à leurs collègues hommes.

L’animation a continué jusqu’à Grimpallé, entrecoupée par des messages, les mêmes, répétés sur tout le trajet.

Devant la Préfecture, les caravaniers se sont retrouvés, heureux d’avoir accompli une mission, celle de sensibiliser les populations, montrer au monde le travail INVISIBLE qu’accomplissent les femmes rurales et celles des grandes villes, chaque jour, de leur réveil (avant toute la famille) jusque tard dans la nuit (encore et toujours après toute la famille).

Les « pan ! pan ! pan ! » » des pilons dans les mortiers, les « crass-crass » matinaux des coups de balais à l’intérieur des concessions, les « chitt-chitt-chitt » de l’eau qui s’échappe des habits sales des mains des lingères, les berceuses qu’on chante pour rendormir le bébé, toutes ces activités doivent désormais être partagées entre tous (hommes et femmes) équitablement.

Outre les journées de formation en leadership, le 8 mars et les nombreuses participations aux activités de développement, la société doit avoir un autre regard plus bienveillant pour les femmes car étant multidimensionnelles : elles sont d’abord MERES avant d’être EPOUSES, FILLES, COLLEGUES.

RESPECTS MESDAMES ! Pour ces 16 Jours d’Activisme comme pour les 349 autres jours de l’année, nous serons ensemble, la main dans la main, pour regarder fièrement l’avenir de notre pays.

Idrissa Diarra

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 467 invités et aucun membre en ligne

Faîtes un don

pour soutenir bakelinfo.