Coopération décentralisée : Mme Martine Laurens, élevée au grade de "citoyen d'honneur" de la ville de Bakel

MartineLaurens_CitoyenHonneur_Fev15.gif
Ce Samedi, Madame Martine Laurens a été invitée à un déjeuner…

Initiative : Le monde Soninké de France opère sa mue

Monsieur Abdourahmane KOITA nous renseigne sur la rencontre des…

Exclusif : L'équipe de Bakelinfo rencontre l'équipe de la Municipalité de Bakel avec à la clef une interview exclusive du Maire de Bakel, Ibrahima Baba SALL

Mairie_de_Bakel_Bakelinfo.jpg
Comme le dit l’adage : «  La promesse est une…

Agriculture : Reportage dans l'exploitation agricole de M. Djibril KONATE à Ségankané (Bakel)

Nous avons fait une immersion dans un secteur en plein essor à Bakel…

Sécurité : Installation imminente des Sapeurs Pompiers de Bakel

VisiteCasernePompiers_Fev15.gif
  Ce vendredi, le Général Camara des Sapeurs Pompiers du…

Inédit : Vue aérienne de la Commune de Diawara depuis la grande mosquée en construction

VueAerienBakel_Fev15.gif
Nous vous présentons une vue aérienne de la commune de Diawara.…

Entretien : M. Augustin NDECKY, Proviseur du Lycée de Bakel se livre sur Bakelinfo

Bakelinfo.com a rencontré M. Augustin NDECKY, Proviseur du Lycée de…

Bakel : Fenêtre ouverte sur le centre de formation de Bakel en attendant le film du reportage

BAKELCENTREFO.jpg
Bakelinfo.com s'est rendu au Centre de Formation…
Education et Emploi
En Ligne
Nous avons 106 invités en ligne
None
Lettre d'Information

Du haut de la grande mosquée de Diawara (en construction), nous vous proposons une vue sur les differents quartiers de cette commune que sont entre autres Sakhola, Koïtala, Wodouga, Samba diéli, Bangassi. Aujourd'hui dirigé par MKillé SAKHO ( Maire ), Diawara est une commune qui a toujours été dynamique grâce au courage et à l'abnégation de ses ressortissants en Europe regroupés au sein du COREDIA ( Comité de Rénovation de Diawara). En attendant les interviews de quelques forces vives de cette localité, admirez cette superbe vue depuis les hauteurs de la grande mosquée.

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Lire la suite...

 
Amateurisme ou méprise en haut lieu ? L'on est pas en mesure de répondre à la question mais toujours est-il que le centre de formation de Bakel ne dispose toujours pas d'éléctricité. Malgré les démarches entreprises pour décanter la situation, le problème n'est pas résolu. Dans un centre où l'on dispense des cours d'éléctricité, cela fait désordre de n'avoir pas un watt... Sur place, M. N'diaye, Adjoint du Directeur du centre nous éclaire sur ce point. 

Lire la suite...

 

ReunionRelance_SportBakel_Fev15

 Monsieur Ibrahima B Sall , Maire de la Commune de Bakel , a présidé une importante réunion ce matin à la médiatèque pour la relance du sport dans la commune de Bakel. Cette rencontre a enregistré la présence du Directeur du CDEPS, M. Soumaré, du Directeur du Stade communal et de nombreux acteurs du sport. Après plusieurs interventions pour expliquer le cadre stratégique que la commune veut mettre en place pour la relance du sport, le maire dit qu’il mobilisera les moyens, les partenaires et la diaspora pour appuyer le sport. Ces moyens seront utilisés dans la plus grande transparence au profit de Bakel et de Bakel seulement. ( audio)

 audio :   Inspecteur Soumaré : 
                   Ibrahima B Sall :  
      Ibrahima B Sall (suite) :

Lire la suite...

 


Monsieur le Ministre,
Savez-vous que votre nouveau logiciel qui gère les candidats au Concours d’entrée en sixième et le CFEE pénalisera beaucoup de candidats ?
En effet, Monsieur le Ministre, la modernité s’opère à pas de caméléon. Si vous voulez la brusquer, beaucoup d’eau coulera sous les ponts.  Vous devez vous informer sur les réalités des zones reculées et défavorisées où les parents peinent à trouver un acte d’état civil pour leurs progénitures. Quelque part, il faut payer 4600F pour avoir une requête au tribunal, 1000F pour la transcription de naissance et 400F pour les frais de timbre à la Mairie.

Lire la suite...

 

Harouna_Bathily

S’il se sent chez lui à Saint-Denis, ce Sénégalais d’origine n’a pas oublié Tuabou, où il est né, pour lequel son association a permis de construire un collège.

8 000 km. C’est le grand écart sur lequel Harouna Bathily équilibre sa vie de Sénégalais de Saint-Denis. Ou de Dionysien du Sénégal. En tout cas, voilà bientôt vingt-trois ans qu’il s’y tient, bien campé sur ses racines, à la fois celles qu’il choie là-bas dans la région Bakel, et les attaches qu’il a su faire fructifier ici. Il anime depuis 2001 Tuabou Jikke, association d’aide au village familial au nord-est du Sénégal. Harouna a de qui tenir. 

Il est âgé d’une quinzaine d’années quand son père le décrète assez mûr pour quitter le giron maternel et le rejoindre à Saint-Denis. « Lui était là depuis 1963. Il vivait au foyer Pinel. Il en a été le premier délégué en 1964. Métro-boulot-dodo, ce n’était pas sa mentalité. » Ce ne sera pas non plus celle d’Harouna, qui partage bientôt ses affinités politiques. 

Lire la suite...

 

L’Invité du jour (Gfm.sn/Dakar). Originaire du département de Bakel et immigré en France depuis dix (10) ans, Samba Koita récuse la manière dont les médias Sénégalais traitent les informations relatives à l’immigration.  Selon Samba Koita, l’image qui est donnée à l’immigré  sur les sites Web et dans quelques Médias ne reflète pas la vraie face de ce phénomène.

De l’avis de Samba Koita, l’immigration «c’est que du positif» dans la mesure où elle est engage des gens qui vont chercher des devises pour revenir investir dans leur pays. Et constitue par la même occasion une décharge pour l’Etat dans la promotion de l’emploi des jeunes.

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Lire la suite...